NOBLE ART PROJECT

 

Les femmes, des boxeurs comme les autres ?

 

« C’est un sport tellement simple - évidemment très compliqué quand on est sur le ring -, mais le duel tellement à l’état pur que si vous le fouillez suffisamment, si vous le travaillez en cherchant une langue pour le dire, ça ne peut pas ne pas soulever des interrogations morales, questionner l’action humaine. » David Fauquemberg.

 

Aborder une réflexion sur la pratique de la boxe anglaise chez les femmes à partir de processus sociaux, discursifs et affectifs qui participent de manière souvent problématique et conflictuelle, à la construction de représentations communes.

 

À partir de l’outil photographique, de l’image figée, cet instanté qui fixe le réel mais également grâce aux divers entretiens menés, on réfléchira aux façons de vivre, dire et penser cette expérience minoritaire, sans pour autant renoncer à un examen des dispositifs institutionnels et symboliques qui façonnent celle-ci. Et également, des mobilisations collectives qui s’emploient à la définir et à la transformer. Il ne s’agit pas tant ici d’opposer des approches, que d’inciter à des allers-retours entre ces différents points de départ, sans préjugés de la méthode ou de la perspective dans lesquelles les contributions souhaiteront s’ancrer.

 

Depuis décembre 2014, Yann Lévy1 parcourt les différents événements que nous mettons en place, ou auxquels nous participons : stages, gala, camps d’entraînement, etc. Ce projet vise à promouvoir la boxe féminine, concilier noble art et 8e art, ne pas suggérer l’éphémère mais bien inscrire ce projet dans une perspective pragmatique, conciliant illustration et réflexion à caractère ethnographique. Un vernissage se tiendra lors du gala féminin en date du 7 mars 2015 dans la commune de Villers-Semeuse (08). Nous souhaitons par la suite pouvoir diffuser ce travail dans des lieux permettant un rayonnement plus important tout en y associant des débats, des conférences en lien avec les thématiques abordées.

Pratique féminine

 

 

Le principe de mixité s’inscrit à travers les mutations de la « sensibilité égalitaire » et se retrouve désormais dans les carcans politiques, économiques et sociaux.

 

Quand est-il de l’institution sportive et en particulier dans un sport tel que la boxe anglaise ?

 

L’accès de tous à la pratique sportive ainsi qu’aux instances dirigeantes est prévu et réglementé. L’article L.100-1 du code du sport précise que « les activités physiques et sportives constituent un élément important de l'éducation, de la culture, de l'intégration et de la vie sociale. Elles contribuent notamment à la lutte contre l'échec scolaire et à la réduction des inégalités sociales et culturelles, ainsi qu'à la santé. La promotion et le développement des activités physiques et sportives pour tous, notamment pour les personnes handicapées, sont d'intérêt général »(1).

 

Il est difficile d’argumenter de façon scientifique faute de statistiques à jour, ou disponibles. L’observation empirique effectuée, nous incite à dire que la place et le rôle des femmes en boxe anglaise restent insuffisants. La progression constante des femmes dans les structures sportives est une réalité, elle reste marginale voire (in)visible concernant la pratique d’un sport tel que la boxe anglaise. Il est vrai que les représentations superficielles, les images stéréotypées véhiculées par les médias, le cinéma ou la littérature ne favorisent pas le développement, la pratique et l’émancipation de ce sport, qu’est le noble art.

 

Agir, signifie prendre en compte les freins individuels, mais aussi les résistances sociales et culturelles qui conduisent à cette situation. Les représentations historiques et culturelles sont des facteurs incontournables, cela dit, il convient de prendre en compte et d’accentuer nos efforts face à des facteurs de différentes natures liés notamment, à des difficultés économiques ou sociales (précarité, temps de travail, contraintes familiales...).

 

(1)

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=7049776228C8ECDB4058C6DC5B9DE00A.tpd

jo10v_3?idArticle=LEGIARTI000006547489&cidTexte=LEGITEXT000006071318&dateTexte=20140326

 

 

Face à ces constats, la Team Zaïm met en place une politique volontariste à travers la mise en place de divers projets qui verront le jour succinctement au cours de l’année 2014. Cette politique, avec le soutien du conseil général des Ardennes vise à favoriser l’accès à la pratique durable du sport du public féminin ainsi que leur intégration dans le mouvement sportif fédéral.

 

La boxe est un outil d’exception, une pratique physique protéiforme qui s’adapte à l’ensemble des publics. Il est important de cultiver cette diversité et de supprimer les freins arbitraires qui pénalisent le développement de notre discipline, tout en garantissant une pratique digne et sécurisée qui en intègre les codes.

 

Les raisons de pratiquer la boxe anglaise sont multiples : combativité, confiance en soi, hygiène de vie, culte du corps et de la performance...

 

 

Objectifs généraux :

 

  • Faciliter la découverte et la pratique régulière de la boxe anglaise.

  • Soutenir l’accès à la licence sportive au sein de la team.

  • Faciliter l’engagement à terme dans la vie associative sportive dans des fonctions

    d’encadrement et de préparation de sportifs, des fonctions dirigeantes ou

    administratives.

  • Accompagner les femmes dans leur épanouissement personnel et leur insertion

    sociale.

 

 

Actions :

 

  • Nous démarrons ce projet d’envergure par la mise en place d’un gala exclusivement féminin (Ladies Boxing Tour), organisé le 25 avril 2014 à Nouzonville (08) qui mettra à l’honneur tout au long de la soirée différentes pratiques en boxe : boxe éducative assaut, aéroboxe, handi-boxe et boxe amateur.

 

      Ce gala s’inscrit dans une démarche globale mise en place par le Fédération Française de Boxe           qui tend à la promotion de la boxe féminine. En effet, le Ladies Boxing Tour présent tout au long         de l’année et ce, à travers tout l’hexagone permet aux licenciées de boxer régulièrement contre           des adversaires provenant de différentes régions. Cette manifestation met un coup de projecteur       sur la boxe au féminin et permet à ces dernières de multiplier les combats.

 

  • Une section féminine a vu le jour en septembre 2014, ouverte aux compétitrices comme aux loisirs ou adeptes de l’aéroboxe. Boxer, se défouler après le travail, faire du renforcement musculaire et améliorer son cardio mais surtout casser les stéréotypes, tel est l’objectif de la mise en place de cette section. Permettant également, aux femmes de se retrouver entres elles durant 2 heures, en toute convivialité.

 

  • Permettre une visibilité de la pratique nécessite d’impliquer les primo concernées : le 14 décembre a vu le jour, la mise en place du premier camp d’entraînement uniquement féminin. Une journée tournée vers la performance sportive, avec au programme, un travail technico-tactique le matin et la succession de test-matchs l’après-midi. Cette initiative a permis de rassembler une quinzaine de boxeuses venant des régions Champagne-Ardenne, Alsace-Lorraine, Picardie, Ile de France et Franche- Comté. Face au succès rencontré et à l’écho occasionné, d’autres camps verront le jour courant 2015.

 

  • Après un bilan positif concernant le premier gala uniquement féminin organisé en 2014, nous renouvelons l’expérience le 7 mars 2015. Et quoi de mieux, que de mettre un coup de pied aux préjugés à l’approche de la journée des droits de la femme. L’événement se déroulera donc autour de cette thématique, souhaitant rassembler, toucher et impliquer diverses associations (culturelles, sportives, de droits communs, etc.) et entreprises.

 

  • Depuis décembre 2014, Yann Lévy2, photographe professionnel parcours les différents événements que nous mettons en place ou auxquels nous participons, stages, gala, camps...La démarche est bien de susciter une réflexion autour de cette pratique sportive à travers l’art. Ne pas suggérer l’éphémère mais bien ancrer ce projet dans une perspective pragmatique, conciliant illustration et réflexion sociologique suite aux différents entretiens menés. Un vernissage se tiendra lors du gala féminin en date du 7 mars 2015. Nous souhaitons par la suite pouvoir diffuser ce travail dans des lieux permettant un rayonnement plus important tout en y associant des débats, des conférences en lien avec les thématiques abordées.

 

 

 

Une compétition sportive, comme toute manifestation collective de la vie en société, est l’occasion d’exprimer des sentiments, des ambitions et la volonté de s’inscrire dans une démarche citoyenne visant à favoriser l’implication de ces publics ciblés dans la vie de la structure.

 

 

 

(2) http://yannlevy.fr/