Les regards experts de Femmes et d'Hommes de MédiaSport.F 

Sur MédiaSport.F, les sportives se racontent. Mais MédiaSport.F c'est aussi une plate forme de dialogues avec des femmes et des hommes qui partagent leurs compétences, leur expertise. Avec MédiaSport.F, vous allez partager plein d'informations utiles, pratiques, offertes par nos experts. 

Jérôme Cortabitarte

Coach au CES Tours Basket

Interview de Jérôme CORTABITARTE

Coach au CES Tours Basket

le 9/02/15

Réalisée par Charleyne H

 

 

Votre parcours sportif ?

J’ai commencé le basket à l’âge de 5 ans au club JDA Dijon qui joue en pro A. C’est un club exclusivement masculin. J’y ai fait toute ma formation de joueur. Dès l’âge de 15 ans, j’ai commencé à entraîner les mini-poussins.

A l’âge de 20 ans, l’entraînement est devenu mon travail. J’ai commencé comme conseiller technique départemental en Côte d’Or. Mon poste consistait à encadrer des sélections, détecter des joueurs.

J’ai continué l’aventure dans l’entraînement avec le club de St Apollinaire, dans la banlieue de Dijon. Là j’ai entraîné des babys aux seniors en N3, des garçons, des filles et même créé la section loisirs qui aujourd’hui vit toujours bien.

Puis j’ai travaillé au pôle espoir de Bourgogne durant 2 ans. J’étais coach en N3 garçons à Dijon, et salarié basket Dijon jusqu’en 2006. 

En 2006, j’ai rejoint le club du TJB, pour lequel j’étais assistant en N2 et en même temps j’étais responsable des cadets en championnat de France et coach N2.

A l’heure actuel, j’ai réussi ma reconversion, je suis commercial, et responsable formation commerciaux. Je travaille chez Pro Tech Renov.

J’ai aussi un diplôme en psychologie et en coaching.

 

Avez-vous été joueur de basket et jusqu’à quel niveau ?

Oui, j’ai joué en championnat de France avec Karim Souchu, Mohamed KANTE, Florent Eléléara, Paul Storozynski et d’autres qui sont passés en Pro A.

 

Avez-vous déjà entrainé des équipes masculines ?

Oui, jusqu’en nationale 2

 

Pourquoi avoir choisi d’entrainer un équipe fille ? Et depuis combien de temps entrainez-vous cette équipe ?

C’était une question d’opportunité. Le 1er contact avec ce club, le CES Tours Basket, s’est fait il y a 5 ans. J’ai commencé par entrainer les poussines. J’ai choisi ce club et le projet tourangeau, tout était à faire. Je suis persuadé que Tours a la possibilité d’évoluer à un niveau supérieur. Néanmoins, on a besoin de construire sur des bases solides et prendre notre temps.

J’ai choisi cette équipe tout d’abord pour l’aventure humaine. J’ai choisi toutes les filles de l’équipe.

Il y a un attachement qui s’est créé entre les filles et moi. Je les entraine depuis 4 ans maintenant.

Entrainer cette équipe est passionnant, c’est une équipe fun et très sympa, la notion humaine et la sensibilité chez toutes les filles sont très présentes.  Elles sont à l’écoute et attentives, et cela les rend très attachantes ! 

 

Qu’est ce que vous avez travaillez avec cette équipe pour qu’elles deviennent plus professionnelle ?

On a travaillé les combinaisons, mais aussi la connaissance

des unes et des autres sur le terrain. Le travail du coach est de

mettre en place un projet de jeu qui convienne à toutes, de

mettre les joueuses dans les meilleures dispositions pour jouer. 

Je voudrais faire évoluer chacune des filles afin qu’elles 

atteignent leur meilleur niveau.

 

Quels sont les objectifs de la saison ?

L’objectif 1er était de nous maintenir au plus vite. Notre 1er objectif est atteint !

Nous avons revu nos objectifs et le prochain est d’aller le plus loin possible et pouquoi pas jouer les deux premières places, synonymes de Play off. 

 

Comment gérez vous la pression qui pèse sur ces filles qui sont 1ères ?

Il n’y a pas de pression, pas d’attente particulière. L’objectif 1er est déjà atteint, et nous avons revu à la hausse nos objectifs, donc c’est excellent ! La seule pression, serait de passer à côté d’un match. Nous savons aussi que Belleville et Cholet jouent la montée !!  Et quoi qu’il arrive, on sera content du résultat.

 

Qu’est ce que vous comptez faire travailler à l’entrainement aux filles pour qu’elles continuent de progresser ?

Tout d’abord le perfectionnement individuel. Ensuite collectivement, la gestion des rythmes du match, la sélection des tirs et la collaboration offensive et défensive.

 

Onesta (entraineur de l’équipe de hand national garçon France) a dit qu’il se considérait plus comme un manager que comme un entraineur, et vous comment vous situez vous ?

Selon les moments on n’a pas la même casquette. Deux fois par semaine on est dans l’entrainement physiquement et mentalement.

Et le management se fait de manière plus macro, en prenant du recul sur le début de saison, les stages, la préparation physique, les blessures, la planification. 

Abonnez-vous pour recevoir des Mises à Jour

Félicitations ! Vous êtes abonné