Sur MédiaSport.F, les sportives se racontent. MédiaSport.F c'est vraiment de la storytelling. MédiaSport.F, c'est du vécu, c'est de l'émotion... c'est la vie à la mode F. Avec MédiaSport.F, vous allez vivre le sport à la mode F comme nulle part ailleurs. A la passion !

Pierre Yves DEMOUSSY

          Coach au Joué Volley ball 

Interview de Pierre Yves DEMOUSSY

Réalisée par Dominique H

Le 1/04/15

 

Votre parcours sportif ?

Multisports (Rugby, Athlétisme,…)  jusqu’à l’âge de

11 ans et début en 1995 au Tours Volley Ball

Départ pour Rennes Etudiant club en 2008

Retour au Tours volley ball en 2010

Arrêt en 2012

Joué volley ball depuis sept 2013

 

Avez-vous été joueur de volley et jusqu’à quel niveau ? 

Oui, j’ai été joueur de 1995 à 2012. J’ai joué jusqu’en national 2 (à Tours et à Rennes) au poste de libéro

 

Avez-vous déjà entrainé des équipes masculines ?

J’ai entrainé des équipes masculines surtout en jeunes. Puis je suis devenu entraineur adjoint de l’équipe réserve du Tours VB durant 2 saison (2010 à 2012).

 

Pourquoi avoir choisi d’entrainer un équipe fille ? Et depuis combien de temps entrainez-vous cette équipe ?

J’entraine au Joué Volley Ball depuis septembre 2012.

Le choix du volley féminin vient du fait que c’est un volley beaucoup plus riche que le volley masculin. En effet, le volley masculin tombe vite dans le défi physique alors que dans le volley féminin l’impact psychologique et tactique est beaucoup plus grand. 

Les échanges étant plus longs que dans le volley masculin, ça permet de développer un jeu beaucoup plus varié.

 

Qu’est ce que vous avez travaillez avec cette équipe pour qu’elles deviennent plus professionnelle ?

Malheursement nous ne sommes pas du tout une structure professionnelle. Il est donc difficile d’avoir les filles plus de 2 fois par semaine à l’entrainement. Cette année, afin d’optimiser le travail physique une séance de musculation est rajoutée une fois par semaine avant l’entrainement.

 

Quels sont les objectifs de la saison ?

Au début de saison l’objectif était de finir dans les  3 premières. Après une très bonne phase aller, nous avons revu nos ambitions à la hausse en espérant finir 1er.

 

Comment gérez vous la pression qui pèse sur ces filles qui sont 1ères ?

Bizarrement, le groupe n’avait pas l’air de ressentir de pression lorsque nous étions premiers. Lorsqu’on est premier l’objectif est de maintenir le groupe en alerte car un excès de confiance est néfaste. 

 

Qu’est ce que vous comptez faire travailler à l’entrainement aux filles pour qu’elles continuent de progresser ?

Après une série de 2 défaites, mon objectif premier est de faire reprendre confiance aux filles. Le groupe a de la qualité mais c’est un groupe qui a besoin d’avoir beaucoup de rythme à l’entrainement pour bien jouer le week end. Nous avons un jeu très défensif qui demande beaucoup d’énergie.

De plus, depuis le début de saison il y a un gros travail sur « le fond de jeu » qui est fait. L’objectif est de ne pas avoir des joueuses ultra spécialisées car tout le monde est amené en match à devoir remplir un rôle qui n’est pas le sien (faire une passe à la place de la passeuse, réceptionner un ballon etc…) 

Une joueuse avant d’être attaquante, libero, passeuse est une joueuse de volley. Il est donc important d’avoir un bagage technique qui permet de s’adapter à toute sorte de situation rencontrée au cours d’un match.

 

Onesta (entraineur de l’équipe de hand national garçon France) a dit qu’il se considérait plus comme un manager que comme un entraineur, et vous comment vous situez vous ?

Pour pouvoir avoir une place de manager c’est qu’il y a des personnes qui prennent le rôle d’entraineurs. L’entraineur fait vivre techniquement une équipe, ce qui est la base. 

L’aspect managérial arrive dans un second temps dans mon cas. En étant seul (pas d’adjoint), il est difficile d’avoir une casquette de manager à temps plein. Je suis donc obligé de mélanger les 2 aspects mais à la base je suis entraineur avant d’être manager.